Quel bonheur de finir une journée de m*** la tête dans le frigo !

C’est ironique bien sûr. Mais ça nous est tous arrivé.

Plus drôle encore quand tu te mets à ouvrir et fermer le frigo plusieurs fois en passant devant, mais sans rien prendre dedans.

Comme si au bout de la troisième fois, la pulsion de manger cette Danette allait soudainement disparaître…

Notre sujet du jour : Gérer la pression alimentaire en fin de journée.

Particulièrement en fin de journée.

Une fois que tu t’es coltiné les transports, les embout’, la journée de boulot, les gosses si t’en as, etc.

Et que ta bonne volonté du matin est déjà bien loin !

Tu connais sans doute ça toi aussi parfois ?

J’y suis moi-même confrontée quand il m’arrive de passer des journée bien chargées, ou bien quand je me sens débordée.

Ces soirées où tu rentres chez toi tendue au max, avec bien sûr encore une tonne de choses à faire à la maison.

Option 1. Tu te mets alors à ouvrir machinalement le frigo ou le placard à gâteaux (ou à autre chose) pour manger un truc. Voire, plein de trucs. Ce, avant de préparer à manger.

Option 2.Tu manges pendant que tu prépares à manger, parce que cette journée t’a épuisée, et que tout le monde s’en fout.

Option 3.(qui peut d’ailleurs s’ajouter aux deux précédentes) : Tu plonges dans les débordements alimentaires en cours de repas en te rendant bien compte que tu es ENCORE en train de trop manger.

Dans tous les cas, ça ne t’aide pas à entretenir ton estime de toi.

Je ne t’ai pas encore parlé de comment faire pour arrêter de trop manger. Ce sera l’objet d’un Programme Mangeuse Libre spécifique.

Mais en attendant, tu peux aisément faire le parallèle : Journée chargée // Assiette chargée.

Ça parait simpliste, mais c’est très réel.

J’ai vécu personnellement tout ce que je te raconte dans Mangeuse Libre, et je le perçois aujourd’hui au travers de l’expérience de mes clientes.

Je sais à quel point les fins de journée peuvent être un calvaire dans un parcours alimentaire.

Ce n’est pas juste un truc chiant à gérer. Parfois les fins de journée sont le berceau de compulsions à répétition, ou de crises de boulimie ou d’hyperphagie très fortes.

C’est pour cette raison que j’ai décidé de te donner un conseil tout simple et pourtant fort utile : Créer un SAS de décompression.

Ce que j’entends par « SAS de décompression », c’est exactement comme pour les paliers en plongée.

On ne passe pas en deux minutes de 30 mètres de fond, à assis dans le bateau. On risquerait quelques déboires de santé…

Et bien dans ton quotidien alimentaire c’est pareil. Surtout si la nourriture représente un sujet délicat pour toi.

Il vaut mieux éviter de passer sans transition d’un open space bondé à une cuisine blindée, au risque de vider l’intégralité de ton frigidaire !

Avant de remanger le soir, bien sagement, avec ta moitié et tes enfants. On connait l’histoire 🙂

Un SAS de décompression avant de manger, c’est pas grand chose, et ça peut tout changer.

Ecrire, marcher, appeler un pote cool, écouter un morceau, aller faire du poney…

…Bon, là ça dépend clairement de ta région, mais t’as compris le truc.

Quelque chose qui te permette de te détendre, à ta façon, avant de manger.

Surtout, souviens-toi de ne pas chercher la perfection dans ta relation à la nourriture, mais simplement à faire de ton mieux, un jour après l’autre.

Mangeuse Libre t’aidera à avancer dans ce sens là.

D’ailleurs, tu voudras bien me dire par retour de mail le SAS de décompression que tu auras choisi ?

Comme tu le sais je suis curieuse (et friande de bonnes idées).

Pour ma part c’est très simple. J’arrive chez moi, et je hurle une blague à ma coloc. Succès garanti ! Et ça fait moins culpabiliser que le paquet de Granola…

Plus sérieusement, la plupart du temps je m’assieds quelques minutes, je mets mon casque, et je choisis d’écouter un son que j’adore ou que je n’ai pas écouté depuis longtemps.



VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

Tu peux donc choisir de le faire chaque soir, ou bien plutôt quand tu te sens fatiguée ou sous pression avant le dîner :

Trouve-toi un moyen efficace de faire un break en fin de journée avant de manger. Une SAS de décompression entre l’agitation de l’extérieur, et le cocon de ta maison.

Choisis quelque chose de simple, qui te correspond, et qui bouscule le moins possible tes habitudes actuelles.

PS. Hier, je suis restée bloquée 1h dans un train au milieu de nulle part avec un niveau sonore de fête foraine dans le wagon. Vive le SAS de décompression !



Aurore

Coach Certifiée, Hypnothérapeute et Spécialiste en Psycho-Nutrition