Des raisons cachées te poussent à trop manger.

Ça sonne un peu Matrix, mais c’est vrai.

Et si tu me suis depuis un moment, tu sais que cette phrase est presque un slogan chez Mangeuse Libre.

Récemment je t’ai posé la question de savoir si tu avais toi aussi l’impression d’être en lutte avec toi même au moment de manger.

Si c’est le cas, ce qui suit devrait t’intéresser…

Notre sujet du jour : le décodage alimentaire.

Tout d’abord, je tiens à rappeler que dans Mangeuse Libre, il y a libre.

Mon but n’est donc pas de t’imposer une façon de manger, mais bien de te donner tous les outils pour que tu puisses enfin manger comme tu en as envie.

Sans compulsions, sans pression, et sans subir ton alimentation.

D’ailleurs, peut-être que tu y arrives.

Il est de ces journées, voire de ces semaines, où tu parviens enfin à manger comme tu veux manger.

Qu’il s’agisse de revenir à une alimentation intuitive, ou encore d’essayer une nouvelle façon de manger.

Sauf qu’à un moment donné : il y a un bug.

A un moment donné ça revient. L’anarchie alimentaire et les pertes de contrôle se repointent, alors que tu pensais que c’était réglé.

Si tu es dans ce cas, je veux que tu saches une chose : C’est normal.

Le comportement alimentaire fonctionne comme un algorithme, un système de pensée dont notre inconscient a la clé.

(C’était la minute Inception)

Dans cet algorithme, on retrouve notre histoire, nos traumas, notre éducation, une somme de croyances sur la bouffe mais aussi sur la vie, des envies non assouvies, etc.

Seulement cet algorithme, on ne vit pas toujours en accord avec lui.

Il y a ce qu’on veut nous, et ce qu’il nous dicte de faire lui.

Et il y a une bonne et une mauvaise nouvelle.

La mauvaise :

Il est tout bonnement impossible de lutter contre cet algorithme.

Ce qui veut dire qu’une transformation de notre comportement alimentaire n’est possible qu’en accord avec lui.

Exemple : Si tu as la croyance inconsciente que tu es faite pour rester grosse (ce qui est mon cas), pour essayer de maigrir tu peux toujours courir.

Au sens propre comme au sens figuré…

Mais la bonne nouvelle : C’est que cet algorithme peut être changé 🙂

Et tu as le pouvoir de le faire.

Ce système de pensée est le fruit de ton histoire, ce n’est pas un ennemi bien au contraire. Plutôt un ami (parfois légèrement envahissant) qui a des messages à te faire passer.

Et comment on communique avec cet ami intérieur ?

En se faisant aider.

Tu te souviens de mon exemple sur le chirurgien ? Il a les bons outils, et sait parfaitement comment opérer.

Par contre, s’il a lui même l’appendicite ou un grain de beauté mal placé : Pas certaine qu’il enfile sa blouse et ses gants pour s’opérer tout seul…

Ou alors c’est Mike Horn le mec !

Plus sérieusement, toi c’est pareil.

Tu te connais très bien, et depuis un certain nombre d’années.

Et tu as peut-être lu des livres de psycho-nutrition, de psychologie des émotions, de psychanalyse, etc.

(Qui fait ça pendant ses vacances à part moi ? Au secours…)

Bref, tu as certainement dû avancer sur le sujet de ton rapport au corps et à la nourriture et je t’en félicite parce que sans mauvais jeu de mot :

C’est pas une mince affaire.

Mais honnêtement : est-ce que ton problème avec la nourriture est vraiment réglé ?

Si oui : J’adorerais que tu me racontes ton histoire par retour de mail.

Si non : Raison de plus pour m’écrire et me parler de ton problème. Ose le faire.

A ce propos, bonne nouvelle : Le premier programme audio arrive enfin courant juin sur MangeuseLibre.fr !

C’est un programme à suivre en toute autonomie ou en complément d’un coaching. Spoiler : Il devrait s’appeler « Vaincre les compulsions alimentaires », comme prévu.

Je te tiens au courant.
_______________________

VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

On va essayer de ne plus se raconter d’histoires, et reconnaître qu’il y a au moins une bonne raison qui nous pousse à trop manger.

A ton avis, ce serait quoi en ce qui te concerne ? Note quelque part les premières raisons qui te viennent en tête.

Exemple : Hier je te parlais du fait que dans mon adolescence, je dépassais les limites de mon estomac car c’était un peu le seul domaine de ma vie où j’avais le droit de dépasser les limites. Et bien ça, c’est un point de l’algorithme.

PS. Vouloir moins manger sans décoder les raisons cachées qui te poussent à trop manger, c’est un peu comme espérer pirater toi-même ton propre PC…

_______________________

Pour recevoir la Quotidienne directement dans ta boîte mail et bénéficier des Programmes Mangeuse Libre au tarif abonné, inscris-toi gratuitement ici :


Aurore Kennis

Coach Certifiée, Hypnothérapeute et Spécialiste en Psycho-Nutrition