Les bébés tombent 2000 fois avant de marcher.

T’imagines si à chaque gamelle ils se disaient « ah ben nan, c’est bon en fait. Je vais m’arrêter là ».

Ils ne se posent même pas la question. Ils tombent, ils se remettent sur pattes, et ils recommencent.

C’est l’image qui me vient en tête lorsque mes clientes me parlent de leurs parcours et de la peur qu’elles ont de rechuter dans les compulsions alimentaires.

Notre sujet du jour : Gérer les « rechutes alimentaires »

Ce que j’appelle « rechutes alimentaires », ce sont ces moments où tu as le sentiment d’être alignée avec toi-même sur la façon dont tu aimerais manger.

Depuis un certains temps tu as le sentiment d’avoir avancé sur le chemin de la paix avec ton corps et ta nourriture.

Mais d’un seul coup, tu ne sais pas pourquoi : Tout s’arrête, et tu sens la pression remonter.

Au détour d’un apéro entre amis, d’une soirée seule chez toi, d’une journée qui ne se passe pas comme prévu.

Tu recommences à manger comme quatre, ou bien tu fais face à une compulsion alimentaire qui sort de nulle part.

Tu sens arriver cette compulsion alimentaire, et tu es forcée de céder.

Il est aussi possible que les débordements alimentaires montent progressivement au cours du repas.

D’autres fois encore, tu ne réalises qu’après coup que tu as à nouveau trop mangé. Une fois que ton estomac est plein à craquer…

Je te parle de rechutes alimentaires, mais en réalité il s’agit d’un processus.

Si tu es déjà sur la route de la guérison de tes compulsions, les chutes font partie du trajet.

C’est une sorte de randonnée nourricière. Il y aura des passages à vide, des erreurs de parcours, et de la nourriture refuge.

Le plus important et très certainement l’une des choses les plus difficiles : C’est de l’accepter sans te dire que tu as tout raté.

Sans te dire que tu es en train de vivre un énième échec, comme lors d’un régime.

Régime où, rappelons-le, l’échec est programmé d’avance, de manière à ce que tu recommences. 

(Et oui, le régime est inscrit dans la société de consommation. Quel business y aurait-il si tu ne te rétamais pas à chaque fois, de surcroît en pensant que c’est ta faute…)

En parlant de ça :

Si nous pensons en termes de rechutes, c’est aussi parce que nous sommes marquées par cette notion d’échec / réussite.

Je t’en parlais dans l’un de mes premiers articles sur le perfectionnisme alimentaire (tu le retrouveras sur le blog en tapant « perfectionnisme » dans la loupe de recherche). 

Il n’y a pas de rechute dans les compulsions alimentaires : Simplement des apprentissages.

Parfois tu mangeras plus, parfois tu mangeras moins, et à chaque repas tu te connaîtras encore un peu mieux.

C’est ça que j’appelle le développement personnel alimentaire.

Le problème qui se pose, c’est que l’on a toujours derrière la tête, ou bien assis sur notre épaule comme un petit diablotin, ce truc de :

« Mais si je mange encore de cette façon, je ne vais jamais maigrir. »

Ou encore,

« Je vais me remettre à grossir si je ne parviens pas à m’arrêter de manger. »

Et évidemment : c’est exactement ce qui se passe.

C’est idiot : Mais plus tu contrôles, plus tu perds le contrôle.

Non seulement tu n’es plus vraiment présente à ce repas. Tu es là sans être là, et tu ne profites plus du moment.

Mais en plus, tu sens ton estime de toi baisser aussi rapidement que le contenu de ce que tu es en train de manger…

Ça te parle ? Il t’arrive de vivre ce genre d’expériences toi aussi ?

Si oui : Sache que tu n’es pas seule dans ce cas : Loin de là.

Alors n’hésite plus à m’en parler. Parler, ça fait du bien ! Tu peux me contacter à cette adresse : aurore@mangeuselibre.fr

________________________________

VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

Ce qui compte, c’est la prise de conscience et le fait de continuer à avancer sur le chemin de la guérison corporelle et alimentaire. Voici ce que je te propose :

Quand tu sens que tu vis une rechute alimentaire, accepte-là sans essayer de la contrôler. Tu verras que tu mangeras naturellement moins qu’en te retenant.

Tu peux aussi te poser la question, peut-être le lendemain à froid, de savoir ce qui t’a amené à manger autrement que de la façon dont tu aimerais manger.

PS. La différence entre toi et ce pote qui est ok avec la nourriture, c’est qu’il mangera le même paquet de chips que toi à l’apéro. Mais lui, il aura quand même bien rigolé !

________________________________

Retrouve ici les Programmes Mangeuse Libre https://mangeuselibrefr.podia.com


Catégories : Compulsions alimentaires

Aurore Kennis

Hypnothérapeute & Coach Certifiée