De picorer à pique-assiette : Il n’y a qu’un pas.

Bonjour ! Comment s’est passé ton week-end ?

Personnellement, j’ai l’impression d’avoir passé le week-end à table. On a reçu du monde les midis, les soirs, et on a même fait un pique-nique.

Dans le salon, le pique-nique.

Ne ris pas, il faisait moche dehors et on avait promis aux petits neveux. C’est d’ailleurs l’anecdote qui m’a inspiré le thème de ta Chronique de ce matin 🙂

Notre sujet du jour : Gérer l’abondance de nourriture.

C’est un problème de riche, mais c’est un problème quand même.

Je voudrais te parler en particulier des buffets, des banquets, des réceptions, des apéros et des piques-niques justement.

En bref : Tous ces moments où tu n’es pas face à un plat unique, mais plutôt face à une étendue de mets.

Ces moments où tu as le choix en quantité, mais aussi en type d’aliments.

Et bien si tu connais des phases de restriction ou de régime alimentaire, ces moments, tu ne les vis sans doute pas sereinement.

Voir de la nourriture en abondance peut se révéler être assez inconfortable, voire, devenir source d’angoisse pour toi.

Plus compliqué encore si tu vis des épisodes de compulsions alimentaires, de boulimie ou d’hyperphagie (nous reviendrons sur ce mot).

D’ailleurs si tu le vis, je te comprends. J’ai bien connu ça moi aussi.

Je n’aurais pas pu vivre dans la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel sous peine de passer un hiver glacial.

Pour une personne qui n’est pas en paix avec la nourriture, buffet à volonté = risque de chao alimentaire.

Avec en prime ce que j’appelle la pensée en « dual sim ».

50% de toi passe un bon moment sur sa belle nappe de printemps,
50% est tourmenté par des pensées polluantes.

Sache qu’à des niveaux différents, ces pensées polluantes au sujet de la nourriture sont partagées par des milliers et des milliers de personnes.

Hommes, et femmes.

Je peux même t’assurer du fait que dans ton entourage, certaines personnes y sont sujettes sans même que tu ne le saches.

C’est un fonctionnement très ancré, et il n’est pas non plus nécessaire d’être en surpoids pour vivre ça.

« Je vais encore trop manger »
« Comment vais-je réussir à ne pas me resservir…»
« Mais POURQUOI ça existe le fromage ? »
« Je suis sûre que je suis boudinée dans mon pantalon »
« Bon, là je me lâche, mais lundi je mange clean »

Si seulement ces seules pensées pouvaient nous empêcher de trop manger.

Or, il n’en est rien. C’est même plutôt l’inverse qui se produit. Tôt ou tard.

C’est aussi parce que l’on est ce que l’on pense.

Alors avec de telles pensées, il est presque impossible de sortir de ce repas en ayant mangé comme on avait prévu de manger.

Sans compter sur le fait que nous mangeons sensiblement plus lorsque nous avons plus de choix.

Logique ! L’humain est curieux de nature. Nous avons donc plus facilement envie de tout goûter s’il y a de la variété…

Et si tu as connu des phases de restriction alimentaire : Là c’est carrément la semaine du goût en un seul repas.

Pour aujourd’hui, retiens simplement que si se sentir zen devant une abondance de nourriture n’est pas toujours évident, les pensées polluantes sur la nourriture ne sont pas une fatalité.

Il existe des moyens de rompre avec ces schémas pour profiter pleinement des repas.

Et je vais t’y aider tout au long des Chroniques, ainsi qu’avec les Programmes spécifiques à venir.

Si tu viens de nous rejoindre, bienvenue à toi !

Tu trouveras sur MangeuseLibre.fr les Chroniques déjà parues, classées par catégories.

La lettre « Obsessions Alimentaires » complète d’ailleurs assez bien celle-ci.

N’hésite pas à y jeter un oeil en tapant « obsessions alimentaires » dans la loupe de recherche 🙂

_______________________

VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

Tu l’as compris : la peur de trop manger finit par faire trop manger. Pour estimer ta façon de réagir à la vue de nourriture en abondance, voici ce que je te propose :

Ferme les yeux et visualise-toi à un banquet. Face à toi, un beau buffet empli d’une nourriture riche et colorée. Observe ce buffet quelques instants, et imagine ce que tu ressentirais si tu étais vraiment devant ce buffet.

Ouvre ensuite les yeux et note les sensations que tu as eues. Etait-ce une image simplement alléchante ? Ou bien as-tu eu des craintes ou des pulsions face à cette nourriture ?

PS. Pour finir sur une note sucrée (et drôle). Quand j’entends le mot « banquet » je pense à cette bonne vieille publicité : https://youtu.be/D-CtTYULJZU  

_______________________


Aurore Kennis

Coach Certifiée, Hypnothérapeute et Spécialiste en Psycho-Nutrition