« Mon poids de forme, c’est XX kilos. »

Je te laisse compléter la phrase.

Ca y est ? Alors quel est ton poids de forme ?

Bien.

Tu en as la certitude absolue ?

Qu’est-ce qui te fait penser que ce poids qui te vient en tête est le vrai poids que ton corps doit peser aujourd’hui ?

J’insiste car souvent on confond plusieurs notions.

Le poids idéal, le poids de forme, le poids « santé », le poids de quand on s’est marié en 1978, le poids-son d’avril.

Pardonne-moi ce jeu de mot douteux…

Ce que je veux te dire c’est qu’en matière de poids, nous allons facilement pouvoir confondre le rêve et la réalité.

Bien sûr, l’aimable société dans laquelle nous vivons aura à cœur de nous aider à rêver encore un peu plus. Je porte un toast à l’industrie de la mode !

Plus sérieusement, nous allons parler d’un sujet très personnel : Ton poids naturel.

Tu l’as compris, cette newsletter n’a pas pour vocation de t’assommer avec de la théorie.

Bien sûr je pourrais te faire un cours sur l’Indice de Masse Corporelle. Mais de toi à moi, outre le fait que ce soit l’indice le plus incomplet qui soit, c’est à mourir d’ennui.

Mon but est plutôt de t’apporter des retours d’expérience et des conseils pratiques qui te permettront d’avancer concrètement dans ton rapport au corps et à la nourriture.

OK pour toi ?

Parlons le plus simplement possible de ce jeu d’équilibre qu’est le Poids Naturel.

Ce savant mélange entre ta morphologie naturelle, ton métabolisme de base (les besoins de ton corps et ce qu’il consomme en carburant), et ton histoire alimentaire.

D’ailleurs ce qui nous importe, c’est clairement ton l’histoire alimentaire. C’est-à-dire ton parcours avec la nourriture. Car cette histoire nous amène à un point central :

Le souvenir que ton corps a des régimes et restrictions qu’il a connues (ou connaît encore) et contre lesquelles il lutte farouchement.

Et oui, ton corps a une excellente mémoire ce petit filou. Et que tu le veuilles ou non, il n’a qu’un seul et unique but : Ta survie.

Et en bonne santé, de préférence.

Ton corps est ton ami. Le meilleur et le plus fidèle qui soit. Même si parfois c’est l’amour vache (je ne dis pas ça pour le poids).

Le souci c’est que cet ami se fiche complètement de la notion d’idéal corporel. 

C’est entre autres ce qui explique l’échec cuisant des régimes, quels qu’ils soient. Le corps ne peut pas concevoir la restriction, qu’elle soit réelle ou imaginée.

Pour lui c’est de la famine dans tous les cas. Avec pour conséquence notre bon vieil effet Yoyo.

Je perds 5 kilos, j’en reprends 10. Je n’en reperds que 7, mais j’en reprends 12, etc.

Au travers de cet effet, le corps cherche à survivre certes, mais aussi à te faire passer un message fort :

Puisque de toute façon il reviendra toujours à son Poids Naturel, pourquoi ne pas décider d’arrêter les régimes, et chercher à savoir pourquoi tu as besoin de maigrir dans le fond ?

On y reviendra dans une prochaine lettre.

Ce qui est intéressant, c’est que lorsque tu choisis d’apprendre à faire confiance à ton corps, il se passe des trucs assez magiques.

Dernier exemple en date : Celui de Chloé Hollings, auteure du livre Fuck Les Régimes (interview enfin dispo sur MangeuseLibre.fr).

Chloé raconte dans son bouquin son épopée du poids idéal, entre régimes et restrictions à répétitions.

Et bien c’est quand elle a eu le courage d’arrêter les diètes pour essayer de s’accepter que son corps s’est tranquillement posé à son poids idéal.

Qui est devenu son poids naturel !

Une fourchette de poids qu’elle maintient sans effort, et dans lequel elle se sent parfaitement bien.

Le corps a ses raisons…

Et si le but de ton corps est en effet de t’aider à survivre, il semblerait qu’il veuille aussi que tu te sentes bien en lui.

Bien sûr pour cela il y a des étapes à franchir, et pas des moindres. Parmi elles :

L’acceptation de toi.

Rassure-toi, on va y venir au fil des newsletters, et dans un programme spécifique. Je ne t’en dis pas plus pour le moment 🙂

___________________________

VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

Plus qu’un conseil, une question. Elle te permettra de savoir où tu te situes dans ton rapport avec le poids. Que ce poids soit ton poids naturel, ou pas encore.

Te sentirais-tu capable de dire combien tu pèses à une personne qui te le demanderait ?

Encore une fois, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. C’est un sujet très intime pour nombre d’entre nous.

PS : Donner ton poids à ton médecin généraliste ça ne compte pas. Mais bien essayé 🙂
___________________________


Aurore Kennis

Coach Certifiée, Hypnothérapeute et Spécialiste en Psycho-Nutrition