Mangeuse Libre pense que ta grand-mère avait un sacré popotin !

Avant de t’en dire un peu plus sur cette entrée en matière un peu folichonne, « j’ai un message qui s’adresse aux hommes » comme dirait Elie Semoun :

Vous êtes une majorité de femmes à suivre Mangeuse Libre, mais il y a aussi quelques individus de sexe masculin…

Etes-vous ok avec le fait que je parle au féminin dans Mangeuse Libre ? Dans le cas contraire : N’hésitez pas à me proposer une solution. J’ai essayé l’écriture inclusive, mais c’est méga lourd à la lecture.

Sur ce, notre sujet du jour :

La morphologie naturelle. Ou morphologie héritée, si tu préfères.

D’où l’incipit sur ta grand-mère 🙂

Dans la vie, et plus précisément sur notre corps, il y a ce qu’on peut changer. Avec un peu de blush, un saut chez le coiffeur ou encore un régime.

(Je plaisante bien sûr).

Et puis il y a le reste. Ce qu’on doit accepter. Et c’est là que ça devient rigolo.

Enfin rigolo…

Je suppose que tu n’en as pas toujours rigolé n’est-ce pas ?

C’est facile quand on aime ce qu’on doit accepter. Mais par définition, ce n’est généralement pas le cas.

On reviendra sur comment faire pour accepter son corps quel qu’il soit dans une prochaine Chronique.

En attendant on va se demander aujourd’hui comment accepter son corps avec l’héritage que l’on a reçu de nos parents, de notre famille, notre patrimoine génétique, etc.

C’est cela que j’appelle de manière simplifiée la morphologie naturelle. Ou morphologie héritée, si tu préfères.

L’idée de t’en parler me vient d’une remarque que j’ai reçue d’une hypnothérapeute alors que j’étais encore étudiante en la matière il y a quelques années, et que j’essayais (en vain) de perdre du poids.

« Tu sais Aurore, tu es belle comme tu es. Pourquoi ne pas commencer à envisager que ton poids soit lié à ta morphologie, et te laisser un peu tranquille ? »

WHAAAT ? Accepter ma morphologie et mettre fin à des années de combat ? Tout ça pour ça ? No way.

Ça aurait voulu dire que ces années de lutte corporelle n’ont eu aucun sens ni aucun intérêt. Un peu dur comme pilule à avaler.

Bon. Il s’avère qu’en fait, elle avait raison.

Mais ses mots, s’ils m’avaient touchée, avaient quand même eu besoin de faire un bout de chemin dans ma tête de mule avant d’être reconsidérés.

Une partie de mon surpoids était émotionnel en effet. Celui-ci je pouvais m’en libérer avec un travail spécifique.

Qu’en était-il de ma morphologie ? De la forme de mon corps ? De cette façon héritée dont les kilos allaient choisir de se loger à un endroit plutôt qu’à un autre ?

Je n’avais jamais abordé le sujet de ce point de vue là. Ou plutôt, je refusais la « fatalité » de ne pas pouvoir agir sur ça.

Ne pas accepter, c’est sans doute aussi une déformation professionnelle quand on est Coach.

Ou bien simplement quand on est en incapacité d’aimer son corps tel qu’il est.

Est-ce que tu t’es déjà sentie concernée par ça toi aussi ? Le fait de te dire : « Je ne vais JAMAIS réussir à m’aimer sauf si je perds du poids » ?

Dur d’entendre que parfois, c’est tout simplement comme ça que l’on doit être.

Ce serait inscrit dans nos racines, en quelques sortes.

Parfois même, on récupère les kilos émotionnels de nos parents et-ou de nos grands parents. Un comble !

D’un point de vue psychologique, on pourrait parler de kilos systémiques. En gros, tu te traînes le poids familial.

Heureusement, un accompagnement peut permettre de rompre ce cycle.

Avec Mangeuse Libre, je travaille à créer pour toi un coaching ciblé pour t’aider à t’en libérer. Contacte-moi par retour de mail si tu te sens concernée 🙂

J’espère que cette Chronique t’a plu. Perso, j’ai pris beaucoup de plaisir à la faire !

__________________

VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

Je voudrais t’aider à appréhender ta morphologie sous un autre angle qu’avec le filtre de tes complexes habituels. Voici ce que je te propose :

Observe sans jugement la photo (ou le souvenir), de quelques personnes de ta famille. Ta mère et ta grand-mère par exemple. Regarde la forme de leur corps, mais aussi les caractéristiques de leur visage.

Puis repère les points de ressemblance avec ta morphologie à toi, et note-les dans ton carnet de coaching ou bien simplement dans ta tête.

Es-tu prête à travailler sur le fait d’assumer les traits physiques que tu ne parviens pas encore à accepter ?


PS. Se plonger dans les souvenirs de morphologie de la famille, c’est l’occasion d’aller manger un bon roast beef chez Mamie. Prends ton billet de train et file !

__________________

Retrouve ici les Programmes Mangeuse Libre https://mangeuselibrefr.podia.com

Catégories : Poids naturel

Aurore Kennis

Hypnothérapeute & Coach Certifiée