C’est pas de la faim, ni de la gourmandise… Mais alors c’est quoi ?

Qu’il s’agisse d’une compulsion, d’une envie de manger émotionnelle, ou d’une crise alimentaire lorsqu’on sort la grosse artillerie : 

Toute prise alimentaire a son déclencheur.

Et bien sûr, comme à notre habitude chez Mangeuse Libre, on va regarder un peu plus loin que la « simple » faim physiologique.

Notre sujet du jour : Les déclencheurs qui te poussent à manger.

Et ce qui m’a déclenché l’envie de t’en parler, c’est un constat tout simple.

Dans l’une des dernières Chroniques, je te parlais du fait que je n’avais jamais autant mangé que ces six derniers mois.

Mais que pour autant, je restais sereine, notamment parce que j’avais identifié dans les grandes lignes les déclencheurs de cette suralimentation réactionnelle.

Et que je savais donc que ça allait s’arrêter !

Et bien cette semaine, je mange tout à fait « normalement », un peu de tout, et pas plus que le bord.

Pourquoi ce virage à 90° dans mon comportement alimentaire sans aucun effort de ma part ?

Et bien au delà d’un travail quotidien sur moi (je fais le cobaye pour les Chroniques), j’ai provisoirement changé d’environnement.

Et donc les déclencheurs de la plupart des faims émotionnelles de ces six derniers mois, grandement liées à mon environnement, se sont momentanément envolées.

CQFD.

Adieu veaux, vaches, cochons, voisins qui hurlent des insanités toute la journée et qui marchent au dessus de chez nous comme s’ils avaient ameuté tout le Cirque Pinder dans l’appart…

Bonjour calme, nature luxuriante, activités inhabituelles, pensées nouvelles, bienveillance et j’en passe.

Les déclencheurs négatifs ont été remplacés par des éléments positifs pour une semaine.

Si tout va bien, j’attends le retour de cette alimentation chaotique si chère à mon coeur pour la semaine prochaine.

(je plaisante bien sûr)

C’est un peu comme quand mes clientes me disent « c’est fou, en vacances je mange comme je veux, je ne me prends pas la tête, je ne compulse presque pas et je ne prends pas un gramme. Mais le reste du temps c’est n’importe quoi ! »

Tu connais ça ?

Travailler à rester aligné avec soi-même est un défi du quotidien. Et c’est l’une des clés pour arrêter de trop manger.

Nous parlerons dans une prochaine Chronique de l’influence de l’environnement direct sur ton comportement alimentaire.

Mais pour l’heure, revenons à cette histoire de déclencheurs.

Il existe donc des déclencheurs qui peuvent activer, dérégler, renforcer ou altérer ton comportement alimentaire.

Ces déclencheurs peuvent être conscients ou inconscients, intérieurs ou extérieurs à toi, positifs ou négatifs, passés ou présents, réels ou ressentis, etc.

Ce qui est important si tu travailles à transformer ton comportement alimentaire, c’est de parvenir à bien les identifier pour les subir le moins possible.

Voire, pour les désactiver.

Au début, cela te demandera quelques efforts d’attention. Mais tu verras par la suite que tout cela peut se faire assez intuitivement et de façon plus automatique.

Le but restant quand même de manger sans prise de tête et sans devoir réfléchir à tout.

Apprendre à identifier ce qui te fait manger sans faim te permettra de mieux prévenir les situations à venir, ou de relativiser tes débordements alimentaires.

Si tu ne l’as pas déjà constaté, tu pourras aussi te rendre compte du fait que tes déclencheurs sont souvent les mêmes…

Une journée chargée, un sentiment de solitude, une tâche fastidieuse à réaliser, l’arrivée imminente d’un invité non désiré, ton environnement du moment, passer devant un miroir et te trouver trop grosse, etc.

Liste non exhaustive.

En séance, nous identifions ensemble tes déclencheurs. Et leur trouvons une réponse plus adaptée qu’un tube de lait concentré sucré 🙂



VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

Chaque prise alimentaire non motivée par une vraie faim a son déclencheur. A ta prochaine envie de manger sans faim, questionne ce besoin :

Quel est le déclencheur de mon besoin de manger, là tout de suite maintenant ?

Puis juge par toi même de la nécessité ou non de manger. As-tu besoin de céder tout de suite, ou bien peux-tu repousser le moment de manger, ou encore le remplacer par une autre action ?

PS. Le programme « Vaincre les compulsions alimentaires » arrive bientôt. Tu y trouveras des conseils simples pour atténuer l’impact des déclencheurs dans ta vie !


Aurore Kennis

Coach, Psychopraticienne & Hypnologue