Je vais te parler d’un sujet un peu spécial : Le burn out émotionnel (et comment le prévenir pour ne pas le transformer en burn out alimentaire)

Je t’en parle d’une manière intime et personnelle, mais par effet miroir tu te reconnaîtras si le sujet te concerne, et en particulier si tu es d’une nature sensible, ou si nombre d’événements personnels (et-ou sociétaux) t’ont fragilisée.

Pourquoi je te parle de burn out émotionnel dans un article qui parle de rapport à la bouffe ? Je te le donne en 1000 :

Parce qu’avec le burn out émotionnel, viens le burn out alimentaire !

Ben oui, sinon ce serait pas drôle.

D’ailleurs si c’est ton cas je tiens à te rassurer tout de suite : Manger est un mécanisme de défense pour faire face à l’angoisse.

Donc si tu es d’un naturel angoissé, tu peux considérer que ton corps à voulu jouer un rôle de protection. Il a fait comme il a pu.

Le burn out émotionnel pour faire simple : C’est quand émotionnellement, affectivement, mentalement et dans ton ptit corps, tu satures au max.

Et ce sur une période bien trop longue pour être supportable.

On peut se dire parfois des trucs comme :

– « La coupe est pleine »
– « Le vase déborde »
– Ou encore le salvateur « Putain, j’en ai ras le c** »

Mais quand ça dure plus de 6 mois et que c’est tous les jours : T’es juste pas Wonder Woman (et même elle, j’suis sûre qu’elle chiale en secret dans son lit à paillettes).

Au bout d’un certain temps, sans même que tu ne t’en rendes compte (en particulier si tu utilises la nourriture comme une armure), les pneus de ta voiture émotionnelle s’usent.

Et tu finis sur les chapeaux de roue. Et quand ça crame : C’est trop tard 🤷‍♀️

Crois-en ma douloureuse expérience…

C’est ce qui m’est arrivé en 2019. Une année éprouvante sur presque tous les plans : Relations, boulot, deuil, santé qui s’effondre, prise de poids de dingue, bref : Une année VDM 😂

Naïvement, je m’étais dit que 2020 allait me permettre de me reconstruire sereinement. LOL…

#pandémiedanstaface

Tout cela pour te dire qu’avec beaucoup de travail (et d’auto-travail) thérapeutique, j’ai commencé à comprendre ce qui s’était passé.

Pourquoi tant de poids pris, pourquoi tant d’angoisses émergentes, pourquoi tant d’instabilité émotionnelle, pourquoi cette joie habituellement si éclatante, si lumineuse, si communicative, s’était-elle tant assombrie ?

Et ben parce que burn out émotionnel pardi !

Un truc que je n’avais pas vu venir. Moi, la femme forte qui défonce les portes, qui rit toute la journée, et qui a l’ambition de Mélenchon et Sarkozy réunis : je n’arrivais plus à tenir une matinée sans pleurer.

Tu as déjà connu ça ?

Si c’est le cas, tape m’en cinq. J’suis dans ton camp maintenant 🙂

Et si ce n’est pas le cas mais que tu sens que tu pourrais basculer tant tu t’épuises dans la vie parfois, je t’invite à lire ces quelques conseils que j’aimerais te donner :

1. Prendre soin de soi, ce n’est ni accessoire, ni niais

Je sais, on lit ça partout sur Instagram au détour de posts rose poudrés nian-nian à souhait, mais en vrai : Prendre soin de soi, c’est juste se rappeler que tu es un humain respectable, qui doit se respecter.

Du reste, c’est toi qui choisit comment te préserver, et comment te faire kiffer. On a qu’une vie…

2. La vulnérabilité n’est pas une faiblesse

C’est simplement le propre de l’humain, comme de toute chose vivant sur cette Terre. Pour ma part, j’ai laissé tomber une bonne partie de mon armure (qui était rouillée de toute façon), alors oui – je dois admettre être une personne sensible. Mais cette courageuse déclaration, c’est ça la force. Lance-toi !

3. Les kilos de protection peuvent servir

Parfois, il est bon de ne pas se lancer dans une perte de poids entre perte et fracas quand on sent que la situation intérieure ou extérieure nous fragilise. Juste histoire de pas provoquer un effondrement psychique. J’dis ça…

4. Apprends à poser tes limites

Même si décevoir ça fait peur, même si on culpabilise et même si on sait pas vraiment comment faire et qu’on se retrouve à fuir ou à dire des trucs méga maladroits. C’est pas grave, ça viendra. Et le tout : c’est la préservation de ton espèce 🙂 Alors repère tes « signaux d’usure », et sers t’en pour baliser ta vie.

5. Fais-toi confiance, pour de vrai

L’intuition, c’est pas fait pour les chiens (même s’ils semblent en avoir une bien meilleure que nous). Pour l’amour du ciel, quand tu sens que c’est pas ok, c’est pas pour rien. Ne te force pas ! Ton ressenti et ton opinion valent autant (voire plus) que celle de n’importe qui d’autre. 

Voilà 🙂

Et pour en revenir à cette histoire de burn out émotionnel qui gènère le burn out alimentaire : Je te le confirme.

Si tu cherches à pacifier ta relation à la nourriture, à arrêter de trop manger ou à te défaire de tes kilos émotionnels, ces 5 conseils seront de précieux alliés sur ton chemin vers la liberté !

PS : Rien à voir mais je te le dis, je te prépare un nouveau programme qui va BEAUCOUP te parler. Indice : Hyperphagie ❤️

Retrouve ici les Programmes Mangeuse Libre https://mangeuselibrefr.podia.com

Catégories : Compulsions alimentaires

Aurore Kennis

Hypnothérapeute & Coach Certifiée