Quand je parlais de Vichy dans Mangeuse Libre, je ne sais pas à quel régime tu pensais. Moi je parlais des carottes.

Des carottes Vichy.

Personnellement, les carottes Vichy me font l’effet d’une madeleine de Proust inversée. Je trouve ça fade, peu réjouissant, et surtout :

– Ça me rappelle les barquettes en plastique blanc de la cantine
– Et aussi le premier régime que j’ai fait quand j’avais 14 ans

Je voulais plaire à Jérémie, et rentrer dans un pantalon Jennyfer. Mais ce n’est pas le sujet.

Le sujet d’aujourd’hui tu l’as compris : Ce sont les régimes.

Tu en as déjà fait toi ? J’imagine que oui, et peut-être pas qu’un seul.

Alors je n’ai pas prévu de te faire une liste de tous les régimes qui existent, tu les connais sans doute déjà trop bien.

Les légendaires soupes aux choux, poudres vanillées, bikini pour l’été, ou post-raclette pour l’hiver n’ont sans doute plus aucun secret pour toi.

Je voudrais plutôt te parler d’un régime quotidien plus sournois : La restriction.

On parle aussi de restriction mentale. Le nom est un peu rude, mais je vais t’en donner quelques exemples :

« Je ne devrais pas manger ça »
« Je vais peut-être craquer sur un dessert »
« Je fais attention tous les jours, sauf le dimanche »

Autrement dit : Le dimanche c’est la grosse fiesta dans la cuisine.

Quand j’étais régimeuse, j’appelais ça « le repas du n’importe quoi ». Et franchement c’était vraiment, VRAIMENT l’orgie.

Evidemment : Tu te prives toute la semaine, et tu as droit à un seul repas « plaisir ».

Autant dire que tu l’honores !

D’ailleurs, cette traditionnelle orgie du week-end porte un nom dans la culture fitness : Le Cheat Meal. Ou Cheat Day.

Le repas de triche. Ou jour de triche.

Elle ne te parait pas bizarre cette expression ? Outre le fait que « manger c’est tricher » se dit plutôt d’un samedi soir bien arrosé, « jour de triche » signifie implicitement :

– Qu’il existe de bons, et de mauvais aliments. Par exemple, un éclair au chocolat que tu offrirais avec amour à ton enfant pour le goûter n’est en fait pas un « bon aliment »

– Ou encore, qu’on ne peut manger ce qu’on veut vraiment qu’un seul jour par semaine (tristesse)

– Et que le contrôle est LA bonne façon de s’alimenter. Or on sait à quel point le contrôle ne peut être durable sans l’état d’épuisement qui s’ensuit.

Et oui : le mot « régime » n’a sans doute pas été choisi au hasard. Un régime alimentaire peut être tout aussi autoritaire et usant qu’un régime politique.

Heureusement : Le Jour de Gloire est arrivé !

Je ne suis pas en train de dénigrer les contraintes alimentaires que nous pouvons avoir, notamment lorsque l’on vit avec certains malaises ou maladies.

Je ne condamne pas non plus le fait de vouloir apporter à son corps les meilleurs aliments qui soient, au contraire.

Je pose simplement cette question :

Pourquoi imposer des contraintes à un corps qui sait parfaitement réguler ses besoins alimentaires tout seul ?
 

Rappelle-toi lorsque tu étais petite (ou petit, car de plus en plus d’hommes nous rejoignent :), tu ne te souciais généralement pas de ton poids.

Tu gambadais, tu t’amusais, tu mangeais avec joie au goûter, et tu n’avais pas peur de grossir.

Alors entre temps que s’est-il passé ? Et bien pas mal de choses.

La remarque d’un parent ou d’un camarade de classe, une courbe de poids qui ne suit pas exactement celle de ton carnet de santé bleu, un régime commencé pour entrer dans une robe de mariée, puis recommencé chaque année, etc.

Il existe de nombreuses raisons qui nous plongent dans l’univers des régimes et restrictions alimentaires. Parfois de manière assez légère, parfois de manière plus sévère.

Alors que pour rejoindre sa morphologie naturelle, il existe un moyen vieux comme le monde : faire confiance à son corps.

C’est ce qu’a réussi à faire Chloé Hollings, auteure du livre Fuck Les Régimes, que j’ai eu la chance d’interviewer pour une émission audio qui sort tout bientôt !

Dans son livre, Chloé nous fait part de son passé de régimeuse totalitaire, et décrit assez intimement la façon dont elle a pu se défaire de ce cercle infernal, pour finalement retrouver son poids de forme.

Sans régime. Aucun.

Mais comment revenir à un mode d’alimentation libéré, sans crainte de grossir ou de ne pas maigrir ?

C’est un apprentissage. Ou plutôt un ré-apprentissage.

Ce mode d’alimentation merveilleux porte un nom, mais nous en reparlerons dans un prochain mail.

____

VOICI MON CONSEIL DU JOUR :

Que tu sois au régime ou pas, pose-toi cette question avant éventuellement d’en commencer un nouveau :

Depuis combien d’années est-ce que j’essaye de maigrir durablement avec un régime ?

Ca fait souvent l’effet d’une petite bombe et on se demande pourquoi on a fait confiance aux régimes aussi longtemps.

PS. Si tu cherches à perdre du poids, écris-moi. Il y a une solution bien plus réjouissante pour ta vie qu’une énième cure de carottes Vichy !

________

Retrouve ici les Programmes Mangeuse Libre https://mangeuselibrefr.podia.com

Catégories : Alimentation consciente

Aurore Kennis

Hypnothérapeute & Coach Certifiée